Découvrir les copropriétés de l’île-des-soeurs

Vivre à l'Île-des-soeurs

Situé à quelques minutes du centre-ville de Montréal, le quartier de l’Île-des-Soeurs vous offre un choix de vie urbain dans un cadre champêtre au bord de l’eau.

Édifices de prestige, maisons de ville, maisons unifamiliales et copropriétés s’harmonisent avec la multitude de parcs et une nature verdoyante entourée du majestueux fleuve Saint-Laurent.

L’Île-des-Soeurs attire depuis de nombreuses années une clientèle diversifiée composée autant de familles en quête de sécurité, de nature et de services communautaires que de professionnels recherchant la proximité du centre-ville tout en privilégiant un cadre de vie paisible.

Les résidents n’ont pas à quitter l’île pour avoir accès à une multitude de services. De nombreux services de tous genres sont situés à l’Île-des-Soeurs, incluant deux supermarchés, une boulangerie, des cliniques médicales et dentaires, un CLSC, des pharmacies, des restaurants et cafés, un club de tennis, un spa, deux écoles primaires et des garderies.

Le boisé du Domaine Saint-Paul avec ces magnifiques sentiers pédestres et des pistes cyclables qui sillonnent les berges du fleuve Saint-Laurent sont également des atouts pour les amateurs de plein air.

L’Île-des-Soeurs offre des avantages indéniables et ce, à toutes les catégories d’âges. Découvrir l’Île-des-Soeurs, c’est l’adopter.

Vivre à l'Île-des-soeurs

Histoire de l'Île-des-Soeurs

L’île des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame

La toponymie québécoise est truffée de références tirées du registre religieux catholique. De cette tendance historique, on peut citer plusieurs exemples de saints pour nommer des villes : Saint-Lambert, Saint-Jérôme, Sainte-Thérèse. D’autres noms font référence au passage de religieux qui ont marqué l’histoire d’une façon ou d’une autre : parc Monseigneur-Langlois, avenue du Curé-Clermont, rue du Frère-André. À ces exemples de lieux connus de Montréal s’ajoute l’Île-des-Soeurs dont le nom honore le passage des soeurs de la Congrégation de Notre-Dame.

Stratégiquement située sur le fleuve Saint-Laurent, l’île a tôt fait d’attirer l’espèce humaine. C’est ainsi que des preuves archéologiques démontrent que l’endroit était fréquenté par les Premières Nations, au moins 6000 ans avant notre ère. Il faut toutefois attendre 1603 pour qu’un Européen y pose un regard et y laisse un témoignage écrit. Ce n’est à nul autre que Samuel de Champlain que revient cet honneur. Concédée comme une partie d’une plus vaste seigneurie en 1636, c'est en 1664 que l’île fait l’objet de trois fiefs distincts. En 1698, l’île, qui est désormais connue sous le nom de Saint-Paul, en l’honneur de Paul de Chomedey de Maisonneuve, compte 21 habitants. C’est alors que la Congrégation des religieuses de Notre-Dame se porte acquéreur d'une partie de l’île. Dès lors, les soeurs y exploiteront la terre pour subvenir à leurs besoins. Elles construisent des habitations, des granges, embauchent des gens pour travailler la terre et prendre soin des animaux. Leur exploitation agricole prend de l’expansion à partir de 1769, date à laquelle elles deviennent les uniques propriétaires de cette parcelle de terre qui fournira les denrées nécessaires à la subsistance de la communauté. Il en sera de même pendant presque 200 ans. En 1956, l’île fait l’objet d’une importante transaction immobilière alors qu’elle est vendue à la Quebec Home and Mortgage Corporation Ltd. pour la rondelette somme de 1,3 million de dollars. Ainsi se termine l’aventure insulaire des religieuses qui quittent leur domaine l’année suivante.

Entre-temps, l’île est annexée à la Ville de Verdun. Cadre de développement idéal pour les promoteurs, l’Île-des-Soeurs fait l’objet d’un développement domiciliaire sans précédent à partir de 1962, date à laquelle le pont Champlain est inauguré. Depuis, le quartier réputé cossu offre un compromis fort recherché entre le centre-ville et la banlieue. L’île accueille par ailleurs tous les services permettant d’offrir un cadre de vie de grande qualité.

Sources :
Archives de Montréal, Chronique Montréalité no 6 : De l’île Saint-Paul à L’Île-des-Soeurs, disponible [en ligne] : http://archivesdemontreal.com/2014/02/24/de-lile-saint-paul-a-lile-des-soeurs/

GAUTHIER-LANDREVILLE, M.A., C.N.D., L'île-Saint-Paul Ile-des-Soeurs près Montréal, Éditions de la Congrégation de Notre-Dame, Montréal, 1970, 367 pages

GRAVEL, Denis, Verdun: 125 ans d'histoire (1875-2000), Société de recherche historique Archiv-Histo, Montréal, 2000, 318 pages

LACOURSIÈRE, JACQUES, L'Île-des-Soeurs : d'hier à aujourd'hui, Éditions de l'Homme, Montréal, 2005, 262 pages.

Différents projets sans suite seront élaborés pour l’île : une réserve faunique pour le gouvernement fédéral dans les années 1930, un musée de l’Homme ou un aérodrome dans les années 1940. Toutefois, elle demeure essentiellement agricole.

Vivre à l'Île-des-soeurs